Après l'interview d'Adrien Vanmoortel nous parlant de ses P2 Messieurs, nous continuons la série "Bilan à la mi-saison" avec Isabelle Inslegers, coach de la Provinciale 4 Dames du PVTM.

Isabelle est professeur d'éducation physique depuis 22 ans en primaire. Elle a commencé le volley à 15 ans et demi au Royal Assa Mouscron où elle a débuté en cadette, avant de très vite évoluer vers les équipes d'âge plus élevé. Au bout de 6 mois, Isa jouait en catégorie junior et en provinciale. Pendant 14 ans, Isabelle joue pour Mouscron avant de changer de club. N'ayant pas eu sa chance à Mouscron, elle quitte son club formateur pour rejoindre le Skill Tournai dans une équipe évoluant à un échelon inférieur. Pendant 4 ans, Isabelle portera les couleurs du Skill en jouant à la passe. L'équipe montera en Nationale 2 au cours des années Tournaisiennes d'Isabelle. Après ces 4 années à Tournai, Isabelle revient à Mouscron qu'elle ne quittera plus. Elle jouera tantôt à la passe, tantôt libéro selon les besoins de l'équipe et parfois même à l'attaque.

À côté de sa carrière de joueuse, Isa a très vite entraîné. Dès ses 17 ans, elle donne des cours de volley les mercredis et samedis matin aux tout petits. Pendant longtemps, Isabelle a formé les jeunes  Mouscronnois, principalement des cadettes: "J'ai toujours fait cadettes. Comme les filles ont joué provinciale, j'ai continué à coacher le groupe jusqu'en P4 et P3 tout en jouant en Nationale en même temps. Après je suis partie jouer au Skill. J'ai continué à entraîner à Mouscron pendant mes 2 premières années à Tournai avant d'arrêter pendant 2 ans. Lorsque je suis revenue à Mouscron, j'ai repris les cadettes avec le groupe de Louise, Axelle... et puis je suis repartie en provinciale 4 avec elles." Le groupe d'Isabelle sera champion de provinciale 4 lors de la saison 2013-2014. 

Pendant la saison 2014-2015, Isa coache son équipe montée en P3 en combinant avec le poste d'entraîneur-joueuse avec la Provinciale 1 du PVTM. Détentrice du diplôme de moniteur sportif initiateur spécialisé en Volley depuis longtemps, Isabelle a le grade requis pour coacher jusqu'en Provinciale 1. "Ce sont de bons souvenirs, toutes les années que j'ai faites, à part la dernière saison en temps que coach des P1 qui était un peu plus dure. Il y a toujours une satisfaction qui est là, et puis c'est une passion. Je pense que je ne saurais pas arrêter! » Après cette saison, Isabelle lâche la P1 pour reprendre les très nombreux minimes du club et continue avec sa P3 lors de la saison 2015-2016: "Il a fallu se battre pour sauver la P3 car 6 filles étaient montées en P2, dont mes 2 passeuses. Il a fallu reconstruire une équipe en évitant de descendre. Avec le travail des filles restantes et quelques jeunes joueuses en plus aux entraînements, on y est arrivé. En gagnant le dernier match contre l'O.T.T., on s’est sauvé."

L'équipe actuellement entraînée par Isabelle se compose d'un mélange de jeunes joueuses issues du centre de formation du club ainsi que de quelques joueuses ayant un peu plus d'expérience. La sauce semble bien prendre entre les filles: "Ça se passe bien, les anciennes avaient un a priori, elles se sont rendu compte que ce n'était pas que des petites jeunes qui montaient et qu'il y avait du potentiel. Les anciennes qui sont restées ont le caractère nécessaire pour encadrer les jeunes. D'autres joueuses auraient pu avoir un caractère plus individualiste et auraient pu amener de la rivalité plutôt que d'accepter d'encadrer les jeunes." Le volley est un sport d'équipe où il faut se battre pour gagner et garder sa place sur le terrain: " C'est ce qui est le plus dur. Tu dois te battre pour ta place sur le terrain et en même temps tu dois jouer avec l'équipe. Tu peux être bonne techniquement, si tu ne t'entends pas avec le reste de l'équipe, surtout la passeuse, tu n'auras pas de ballon. Dans l'équipe la mayonnaise a bien pris entre les jeunes et les plus anciennes, le groupe est assez homogène. Bien sûr, il y a toujours l'une ou l'autre qui est encore en formation et qui est techniquement plus faible qu'une autre, mais c'est normal, cette équipe a une vocation formative. Il faudra passer par ici avant d'aspirer jouer à plus haut niveau." On constate cependant que l'écart de niveau entre les joueuses diminue au fur et à mesure que la saison avance: "C'est ce qui est bien maintenant et qui manquait au départ. Les réservistes ne sont plus perdues sur le terrain. Ça offre plus de choix tactique. Dès le départ, j'ai voulu éviter de spécialiser mes joueuses, qu'elles soient capables d'évoluer à plusieurs postes. Ainsi, le jour où elles évolueront plus haut et que leur coach estimera qu'elles doivent jouer à tel ou tel poste, elles auront les bases. Bien sûr, il faut de la taille pour jouer au centre même si en P4 ça ne change pas grand-chose..." Contrairement à ce qu'Isabelle pensait au début de la saison, elle n'a pas eu besoin de monter beaucoup sur le terrain: "Au début je pensais que j'allais devoir jouer les matchs de l'équipe première. Marine assure à la passe et joue un rôle de grande soeur sur le terrain pour les filles. De plus, il y a des filles qui peuvent prendre le rôle de passeuse en cas de besoin. Julie, Alizé et Elodie l'ont fait en match réserve. Elles sont capables de reprendre ce rôle si jamais j'ai une fille qui se blesse ou est indisponible." Isabelle se considère plus comme une formatrice qu'une coach d'équipe en nationale: "C'est pour ça que j'ai laissé le groupe de P1, ça me convient mieux. Les retours des joueuses n'étaient plus là et je me suis remise en question. J'ai pris beaucoup de choses sur moi. Si je n'étais pas descendue avec les jeunes, je ne sais pas si j'entraînerais encore aujourd'hui."

L'équipe est en tête de la série, première avec 4 points d'avance sur le suivant. Il ne reste plus qu'Enghien 2 qui pourrait contester le titre à notre équipe. Il reste un match en déplacement un peu plus difficile à Enghien, le reste ne devrait pas poser problème. "C'est une série assez faible, les filles apprennent à rester concentrées ce qui n'est pas évident lorsqu'il n'y a pas de répondant. Mes filles ont acquis la capacité de jouer en 5-1 malgré l'absence d'opposition la plupart du temps."

Le comité a décidé de scratcher la P3 de la saison dernière pour recommencer en P4, pourquoi? "À la base, je n'avais pas de nouvelles des anciennes de P3. Je ne pouvais pas prendre le risque de jouer en P3 sans avoir de joueuses un peu plus expérimentées. Nous avons donc pris la décision de recommencer en P4." La mission confiée par le comité en début de saison était purement formative: "On m'a assigné la mission de former les filles pour les faire continuer à évoluer techniquement et leur apprendre un peu de tactique sans viser la première place. Ça a changé en cours de saison, un membre du comité m'a annoncé que nous visions maintenant la montée."

À la mi-saison, le bilan est très positif: "Avec le nombre de filles, ce n'est pas toujours évident à gérer. Heureusement, je n'ai pas les 15 lors des matchs. Certaines joueuses ne viennent plus et d'autres, plus jeunes, pourraient se joindre à l'équipe lors des entraînements pour continuer leur formation. Dans l'ensemble, le groupe s'entend bien. Je ne pense pas qu'il y ait de problèmes entre elles. Globalement, je suis très satisfaite de l'entente dans le groupe et des résultats." Au point de vue apprentissage, Isabelle est très satisfaite: "Il y a encore pas mal de choses à faire, mais c'est vrai qu'elles ont fait une très belle progression si on compare à l'équipe 2 ans plus tôt. Le niveau de jeu proposé au cours des matchs est bon, on passe d'un système où elles ne changent pas de place à un 5-1. À elles de s'affirmer et être conscientes de leur potentiel." Là où le bât blesse un peu, c'est au niveau du caractère de l'équipe sur le terrain: "J'aimerais bien un peu plus de mordant, que les filles développent leur jeu, mais ce n'est pas évident lorsqu'il n'y a pas d'équipe en face. Par moments, les filles devraient chercher à marquer le point plutôt que d'attendre que l'adversaire mette le ballon dehors."

Isabelle veut aussi que son équipe réserve joue la tête: "Je leur ai demandé de jouer aussi pour être premières en réserve. J'estime que le match réserve apporte, pour certaines filles, l'occasion de jouer parce qu'elles ont moins de chance de jouer en première. Dans mon optique, dès qu'il y a moyen de faire jouer une réserviste en équipe première, je le fais sans pour autant négliger les titulaires qui doivent aussi avoir leur temps de jeu. Le match réserve sert à faire jouer toute l'équipe ainsi qu'à effectuer des tests de position."

Le prochain match opposera nos P4 à Enghien 2 chez eux sur leur terrain. Quel est le pronostic? "Je pense que le premier set sera important. Les filles risquent de se stresser elles-mêmes en se disant que c'est la seule équipe qui pourrait les battre. Mais, une fois l'appréhension passée, elles joueront plus libérées. C'est aux filles de se dire, dès le départ, d'y aller à fond. Mouscron est un peu un diesel et a besoin de temps pour entrer dans le match. Une fois la machine lancée, ça tourne mieux. Il y a assez de caractère dans le groupe pour relever la tête en cas de départ difficile. Si les services passent, ça ira sans problème! Les services sont un point fort du groupe et en Provinciale 4 on sait que c'est important."

Isabelle vise clairement la première place en fin de cette saison. La saison prochaine, l'équipe devrait monter en P3 dames. Si Isabelle reste coach et que son groupe ne change pas, l'équipe peut viser le milieu de classement: "Le maintien serait bien entendu l'objectif prioritaire. Je pense que nous pourrions même viser le milieu de classement avec le potentiel qu'il y a. Les filles vont encore progresser, il faudra améliorer le système de défense. Cette saison, ça tourne bien car les attaques adverses ne sont pas puissantes. Les filles ont le temps de lire la trajectoire de balle et se placer. Il y a un travail au niveau tactique de défense et tout ce qui est relation bloc-défense que nous n'avons pas encore travaillé cette saison. Pour l'instant, les filles sont parfois trop admiratives et ne sont pas prêtes à défendre. Il est difficile de travailler ça pour l'instant. Mais, avec les progrès techniques que les joueuses feront, il sera plus facile de faire les exercices appropriés à l'entraînement. Les échanges seront plus longs avant que la balle tombe au sol."

Message du coach pour ses joueuses: "Il faut que vous vous exprimiez plus sur le terrain! Outre les 'j'ai' ou 'oui', on n’a pas l'impression que vous êtes contentes de mettre un point. Peut être qu'intérieurement vous l'êtes, mais ça ne se matérialise pas sur le terrain. Plus jeune j'étais pareille, j'avais un sourire, mais c'était tout. Il manque encore le fait d'avoir toute l'équipe qui crie sur chaque balle. Soyez moins "gentilles". On a parfois l'impression que vous vous excuseriez presque d'avoir mis une belle attaque alors qu'au contraire, vous devez presque dire: 'T'as vu ce que je t'ai mis?' J'espère que ça viendra avec les années et le caractère. Il faut plus de hargne sur le terrain!"

   

 

Partager sur: